Tourmentine

To content | To menu | To search


J'arrête.

Je n'ai pas pu résister, il m'a fallu ma dose ce matin. J'ai consulté facebook, puis me suis délogué; J'ai ensuite désactivé la toolbar du même nom...c'était fait. Mon premier jour clean, sans facebook.

Le pire, c'est que j'ai eu un nouvel (ancien) ami le matin même, et également un commentaire d'un très estimé autre ami, qui méritait une réponse amusante...Je me suis dit « c'est trop con d'arrêter maintenant, si on continuait ? » l'espace d'un moment... mais je suis resté fort. Bien sûr, ça n'a pas été facile: les allusions de mes collègues sur le fameux site, sa homepage apparaissant au détour d'un écran, eclair furtif de bleu, tout cela me rappellait sa douloureuse absence...

Je n'ai pas désactivé mes alertes mail... Elles sont là, dans le répertoire prévu à cet effet... à me taquiner, comme l'odeur désagréable et à la fois envoutante du tabac pour un ex-fumeur...le paquet est là, sous mon nez, mais je n'y toucherai pas.

Mais le plus dûr, c'est le vide. C'est un peu effrayant de ce rendre compte de tout le temps qu'on a perdu, et de ne pas savoir ce que l'on va en faire. C'est sans doute cela, vivre.

facebook est une drogue. Ne commencez jamais.

deactivate

Billets connexes

Add a comment

Comments can be formatted using a simple wiki syntax.

This post's comments feed