Tourmentine

To content | To menu | To search


Le jour où telnet m'a sauvé la vie

Thanks, OpenSSH!

Y’a des protocoles comme ça, qui datent du début de l’internet (voir d’avant), et qui ne devraient franchement plus exister. Le FTP est l’un deux. Et puis telnet aussi.

Au boulot j’ai été horrifié de voir que les machines Solaris avaient toutes leur port telnet ouvert, et qu’en plus des gens s’en servaient encore pour se connecter aux machines...

Et puis aujourd’hui, l’accident bête. Problème de time-out SSH, classique, je rajoute la ligne qui va bien dans la conf et relance le service. Ce qui devient bête - voir même très con - c’est que je me déconnecte, plutôt que de garder ma session ouverte et d’en ouvrir une deuxième pour vérifier que tout va bien, comme tout admin normalement constitué aurai dû le faire.

Et là, c’est le drame: impossible de se loguer à la machine, SSH down...

Là j’ai plusieurs solutions:

  1. Se connecter à la carte d’admin de la machine. Problème: le câble est pas branché, et le switch m’a regardé d’un air tellement mauvais quand j’ai scruté ces ports libres que j’ai vite lâché l’affaire. Sans compter le bordel pour retrouver l’IP du bouzin, etc.
  2. Brancher un écran/clavier dessus. Facile, mais nettement moins avec du matos Sun...proprio (je suis resté un an avec une Ultra 5 inutilisable, faute de clavier pour la faire démarrer). On oublie.
  3. À l’ancienne, une bonne vieille connexion sur le port série. C’est sport, mais jouable. Par contre pour trouver un adaptateur usb ça risque de prendre la journée...
  4. Et la dernière solution, donc, qui fait mal au cul: telnet. Hourra, on peut se connecter et se rendre compte que le service SSH c’est mis "en maintenance". Le BATARD. La faute sans doute à la ligne copiée/collée un peu trop à la va-vite, puisque destinée à un OpenSSH alors que j’avais affaire à un sun ssh.

Ça apprends l’humilité un peu. Merci l’ancêtre.

Add a comment

Comments can be formatted using a simple wiki syntax.

This post's comments feed