Tourmentine

To content | To menu | To search


Tuesday 25 June 2013

Mangiare ?

Ubuntu a fini par s’imposer sur toutes mes machines ces dernières années, un peu par flemme il faut le dire: c’est ce que j’installe quand je commence un nouveau boulot, et que j’ai besoin d’un PC utilisable rapidement (je n’ai guère envie, par exemple, de me palucher Samba pour accéder aux répertoires partagés). Or il s’avère que j’ai récupéré un ordi "du taf" chez moi, qui a remplacé la tour qui fonctionnait sous Gentoo.

Je regrette l’aspect "rolling release" de Gentoo, U(bo)buntu pète quelque chose à presque chaque mise à jour, c’est-a-dire tous les 6 mois, c’est un peu pénible à la longue. Mais bon, compiler tous les paquets pour gagner 3 pouillèmes de perf aussi... Donc plutôt que de réinstaller une Gentoo, j’ai commencé à lorgner vers une distrib’ qui s’en rapprochait, mais en binaire, qui plus est à la mode chez les barbus: Arch Linux.

Installation dans une VM pour tester, c’est sympa, c’est léger, c’est faaaast. Par contre une installe à base de "pacstrap /mnt base base-devel" et autres "genfstab -U -p /mnt >> /mnt/etc/fstab", c’est juste pas possible, surtout quand on a un seul PC. La mort dans l’âme, j’avais reporté aux calendes grecques l’écriture d’un script d’install qui me ferait ça automatiquement, comme je le fais pour mes serveurs, pour l’installer "en vrai"...

Jusqu’à ce que je tombe sur ce billet, et surtout son premier commentaire qui conseille l’installation de Manjaro, qui serait à Arch ce qu’Ubuntu est à Debian. En fait Manjaro apporte surtout ce qui fait le plus défaut à Arch: un installeur digne de ce nom.

Quelques heures après l’installation tout fonctionne et je fais joujou avec pacman et yaourt, mes nouveaux amis !